Les derniers jours de la classe ouvrière, roman
EAN13
9782234056398
ISBN
978-2-234-05639-8
Éditeur
Stock
Date de publication
Collection
La Bleue
Nombre de pages
198
Dimensions
21,5 x 13,5 x 1,1 cm
Poids
242 g
Langue
français
Code dewey
331.1
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les derniers jours de la classe ouvrière

roman

De

Stock

La Bleue

Offres

Autre version disponible

"Il y a six millions d'ouvriers en France aujourd'hui, six millions d'ouvriers dont plus personne ne parle. Qui racontera leur histoire, sinon leurs enfants, pour peu qu'ils aient eu la chance de faire des études, et de mesurer la distance qui les sépare désormais à tout jamais de leur milieu d'origine - ce mélange inédit de culture italienne, communiste, et ouvrière. Que ce soit la mine ou la sidérurgie, ce monde-là était solidaire, car « à la mine, un homme seul est un homme mort ». Personne, ou si peu, ne leur a rendu hommage, personne, ou si peu, n'a dit leur héroïsme quotidien - pourtant héros ils le furent, du travail, à huit cents mètres sous terre ou dans la fournaise du laminoir, de la guerre, de la résistance à la guerre d'Algérie. Héros enfin dans leur ultime combat contre l'assassinat programmé de leur région d'adoption, la Lorraine, où de plans sociaux en restructurations, plusieurs centaines de milliers d'emplois furent fracassés en vingt ans. Et les mines fermées. Les usines rasées. Ce roman vise à leur rendre une petite part de justice..." A.F

Car il s'agit bien d'un roman qui porte un hommage juste et vibrant à la classe ouvrière du XXe siècle. À travers la figure centrale d'Angelo, rebaptisé Angel, fils d'immigrés italiens, ouvrier mineur pendant trente ans et maire communiste, se dessine le portrait de ces générations d'ouvriers frappés par l'exil, la guerre, les désillusions politiques et la récession économique. Et derrière, à leurs côtés, des épouses, des enfants, des collègues, toute une population cachée, sacrifiée, voire oubliée. Souvent honteuse. À qui l'auteur donne la parole.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

Conseillé par
9 juillet 2012

Aurélie Filippetti est fille et petite-fille de mineurs. Elle raconte comment son grand-père, immigré italien, résistant, a été arrêté par la Gestapo au fond de la mine avec la complicité du patron, avant d'être déporté en camp de concentration avec ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Aurélie Filippetti